Culture Et Art De Vivre

« La culture et l’art de vivre des Philippins allient décontraction, amitié et famille. Pour moi, une journée classique aux Philippines se résume de cette façon : réveil, petit-déjeuner, douche dans mon jardin, excursion en vélomoteur avec mes amis, détour par le centre commercial, un délicieux repas, quelques bières dans l’après-midi, un grand dîner en famille, soirée karaoké, me laisser convaincre par mes oncles d’aller en boîte de nuit et peut-être quelques bières supplémentaires pour finir. » Justice, chef et cofondateur de Filishack

Nous n’aimons pas généraliser, mais on peut dire avec certitude que la vie en famille et l’amusement sont deux composantes essentielles de la culture et de l’art de vivre aux Philippines. Les Philippins sont vraiment les champions de la fête. La meilleure façon de se faire une idée de la culture est : a) de décrocher une invitation à un dîner en famille et b) de joindre les locaux à l’occasion de l’un des nombreux festivals du pays. Et sur ce dernier sujet, voici nos 10 préférés. Regroupez votre bakarda (groupe d’amis) et allez faire la fête…


Bailes de Luces, La Castellana, Negros Occidental : début janvier
Si vous avez un faible pour les spectacles lumineux qui n’ont rien à envier à Las Vegas, ne ratez pas La Castellana lors de Bailes de Luces, un festival de Thanksgiving qui se base sur des spectacles lumineux élaborés qui ont pour but de transmettre un message de gratitude, de bonheur et d’espoir. Des lampes LED et de nombreux accessoires viennent compléter les costumes : imaginez des danseurs décorés de la tête aux pieds avec leurs vêtements colorés et lumineux qui se déhanchent sur des rythmes latinos. La compétition de danse de rue est le temps fort du festival et se tient généralement le 5 janvier.

Festival Sinulog, Cebu : troisième week-end de janvier
Danse, musique, nourriture, couleurs, et encore de la danse. Sinulog est le plus grand festival des Philippines et c’est aussi le plus apprécié. Celui-ci se déroule à Cebu une semaine avant Dinagyang (voir ci-dessous). La fête est une célébration de l’Enfant Jésus, Santo Niño de Cebú. Les danseurs rejouent l’arrivée des Espagnols dans le cadre d’une parade fluviale. Le nom du festival vient des forts courants de la rivière Cebu, qui sont reproduits par l’ondulation des danseurs. Venez en ayant faim, les petits-déjeuners de ce festival fluvial valent vraiment le détour.

Festival Ati-Atihan, Kalibo, Aklan : troisième dimanche de janvier
Vous n’avez pas vraiment découvert les festivals philippins si vous n’avez pas été à Ati-Atihan, qui était à l’origine un festival païen animiste avant d’être adopté (et christianisé) par les Espagnols qui l’ont dédié à l’Enfant Jésus et à sa fête. Attendez-vous à en repartir fatigué, car tout le monde est invité à être acteur plutôt que spectateur, ce qui signifie qu’il n’y a pas que les danseurs qui vont enflammer les rues, mais vous aussi. Le samedi se déroulent une procession à l’aube, une messe pour les fidèles et une parade. Le dimanche est dédié au festin (et à la consommation d’alcool).

Festival Dinagyang, ville d’Iloilo : quatrième week-end de janvier
Dinagyang signifie « festivités ». Impossible de dire que ce festival n’est pas à la hauteur de son nom : c’est une fête débridée, comme Sinulog et Ati-Atihan, en l’honneur de Senyor Santo Niño, ou l’Enfant Jésus. Le temps fort du festival est la flamboyante parade de danse de rue qui a lieu dans les rues principales de la ville d’Iloilo. Cinq scènes extérieures sont utilisées pour des compétitions de danse (il faut acheter les billets en avance), mais vous pouvez vous attendre à une avalanche de danse, de tambours et de Philippins vêtus de costumes hauts en couleur dans les rues environnantes.

Festival Lucban San Isidro Pahiyas, Quezon : 15 mai, tous les ans
Quand on y pense, les agriculteurs ne reçoivent même pas une fraction des remerciements qu’ils méritent, mais vous pouvez commencer à rétablir l’équilibre à Pahiyas, une fête des moissons organisée en l’honneur de San Isidro Labrador (Isidore le Laboureur), le saint patron des fermiers. Comme on peut s’y attendre, les fruits, légumes et autres merveilles de la nature sont prédominants ici : les maisons de Lucban sont ornées à outrance de décorations colorées, certaines étant même comestibles ! Mais ne les mangez pas, elles sont là pour le plaisir des yeux ! Il pleut souvent pendant le festival, ce qui est considéré comme une bénédiction pour les récoltes futures.

Festival MassKara, Bacolod : troisième week-end d’octobre
Si vous avez besoin d’une preuve de l’existence du célèbre sourire philippin, rendez-vous au festival MassKara qui a résulté de la crise du sucre qui a frappé Bacolod dans les années 1980. Les récoltes catastrophiques ne donnaient pas vraiment envie aux locaux de sourire. Le gouvernement et les artistes de la ville ont donc décidé de remonter le moral de la population en organisant une énorme fête. Le nom du festival est la combinaison de l’anglais « mass » et de l’espagnol « kara », qui signifie visage : sans surprise, les masques et les bals masqués sont légion, dans une farandole de couleurs, de motifs et d’imprimés.

Festival Panagbenga, Panagbenga Park, Baguio : Février
Vous aimez les fleurs ? Alors vous allez aimer le festival Panagbenga, dont le nom signifie plus ou moins « éclosion des fleurs ». Cette fête des fleurs qui s’étale sur un mois se tient tous les ans dans la ville de Baguio et se termine par une grande parade le dernier dimanche de février. Panagbenga rend hommage aux innombrables fleurs de Baguio et célèbre également l’esprit indomptable des habitants de Luçon, en particulier ceux qui ont survécu au séisme de 1990. Les temps forts incluent des chars recouverts de fleurs, la danse Iblai (inspirée par les locaux de Luçon), le concours de danse de rue et les cérémonies et célébrations qui se déroulent autour de Session Road.

Philippines International Hot-Air Balloon Fiesta, Clark, Pampanga : Février
Si vous vous êtes déjà demandé où les pilotes faisaient la fête, vous avez la réponse : ce festival qui se déroule à Clark, Pampanga, célèbre l’aviation sous toutes ses formes. C’est également un lieu de rendez-vous pour les pilotes jeunes et moins jeunes du monde entier qui ont la possibilité d’échanger des histoires, des idées et leur expertise. Preuve supplémentaire de l’impressionnante capacité des Philippins à réagir positivement au changement, le festival s’est tenu pour la première fois après le départ de l’armée américaine de la base aérienne de Clark. L’initiative avait pour but d’améliorer le moral et d’encourager le tourisme dans la région.

Festival Kadayawan, Davao : troisième week-end d’août
Remerciez la vie, l’amour, le rire et la nature. Kadayawan est l’occasion de remercier tout ce qui vous entoure. Le festival a des origines païennes : les locaux se rassemblaient sur le mont Apo afin d’apporter des offrandes (riz, fruits, légumes et autres présents comestibles) à une divinité qu’ils appelaient Manama tout en dansant et en chantant en son honneur. Le même sentiment de joie et de gratitude guide Kadayawan aujourd’hui, mais d’autres influences culturelles et historiques ont permis au festival d’évoluer. Les visiteurs peuvent toujours se faire une idée de la région et de l’abondance de ses produits comestibles grâce aux étals de fruits et légumes de Davao. Et la parade sur la rivière est magnifique. Le nom du festival vient du mot « madayaw », une salutation amicale et chaleureuse utilisée pour décrire quelque chose de merveilleux.

Ligligan Parol, San Fernando, Pampanga : décembre
Le festival des lanternes géantes (Giant Lantern Festival), également connu sous le nom de Ligligan Parol (compétition des lanternes), se déroule le samedi qui précède le réveillon de Noël dans la ville de San Fernando. On pense que le festival a commencé par des célébrations plus simples à Bacoor et que les festivités se sont déplacées vers San Fernando au cours du 20e siècle. Les premières lanternes étaient minuscules par rapport aux pièces géantes que l’on peut voir aujourd’hui (à peine un mètre à l’époque, en comparaison aux œuvres de près de 5 m que les visiteurs peuvent admirer de nos jours). L’arrivée de l’électricité à San Fernando en 1931 a permis de rendre les lanternes encore plus éblouissantes. La lumière est un symbole d’espoir, et c’est le message fondamental de ce festival.

Les meilleures façons d'explorer

Ajouter à ma liste de voeux
Consultez votre liste de souhaits
Share
Advertisement